Editorial

Un début de longévité... Nous entamons notre 2ème décennie en cette année 2018, toujours avec le souci d'ouverture vers de nouveaux horizons, de nouvelles idées de programmation et des audaces dans nos choix des genres musicaux et des artistes que nous invitons.


Dix concerts vous attendent entre le 21 avril et le 20 mai. Du Baroque avec Bach et Gluck, du classique avec Mozart et Haydn, un opéra, des concertos, des symphonies, un ensemble vocal avec de chants cosaques, un récital de piano, une nuit du piano avec des jeunes talents, du clavecin, du pianoforte, du bandonéon et guitare dans un univers latino, un duo espagnol à 4 mains, et un autre avec piano et chant.


Le 100e Anniversaire de la mort de Claude Debussy sera célébré à travers nombre de nos concerts. Et ce, par de nouvelles têtes d'affiches qui viendront couronner la programmation : La célèbre harpiste Marielle Nordmann et l'Ensemble Les Virtuoses dans Les « Danses sacrées et profanes », le très médiatique pianiste concertiste et présentateur Philippe Cassard dont le récital sera intitulé « Debussy, inspirations et influences », mais aussi les 4 jeunes solistes de notre Nuit du Piano aux quels nous avons demandé une pièce obligatoire du compositeur.

 

Pianoforte et Clavecin seront de la partie. Le premier avec Daniel Isoir, son instrument d'époque et son ensemble normand La Petite Symphonie, et qui présentera l'un des 27 concertos de Mozart, suivi de l'une des symphonies londoniennes de Haydn. Le second, sous les doigts de l'américain Kenneth Weiss, également chef d'orchestre et grand professeur, qui, avec la complicité des solistes de l'Opéra de Rouen nous plongera dans l'univers de l'une des plus grandes fresques de JS Bach, « L'Offrande musicale ». Du Bach, nous en aurons cette année à volonté, le violoniste Vadim Tchijik et ses Virtuoses nous réservant les fameux

 

Nous aurons la joie pour la première fois d'avoir des chants Cosaques par l'ensemble Kouban. De puissantes voix russes et ukrainiennes doublées de leur Balalaïka, petite et grande, et de leur accordéon, allieront religieux et païen, entraînant l'auditoire vaciller entre les chants des grands monastères des régions de Kiev et de Novgorod, et les airs et danses traditionnels, mélancoliques ou gracieux, dans une fantaisie vocale et instrumentale étourdissante.


Nous avons enfin programmé, car c'était un rêve, un Opéra à notre festival. En effet, une troupe parisienne viendra nous présenter « Orphée et Eurydice » de Gluck dans sa version viennoise en italien de 1762, avec orchestre, solistes, chœur et mise en espace. Le sujet est repris un siècle et demi après celui de Monteverdi, et pour nous c'est une première expérience lyrique que nous espérons bien développer à l'avenir.
Bon festival à tous !

Gérard Gasparian – directeur artistique

Inscription à la newsletter